Nous pensons que d'autres politiques économiques
sont possibles. Entrez dans le débat citoyen avec nous.

  • rss
  • facebook
  • twitter
  • rss

Créer des emplois en baissant les salaires?

Une histoire de chiffres
Créer des emplois en baissant les salaires?

Par Michel Husson, Editions du Croquant, collection Detox, 138 pages, 9 euros, parution le 4 mai 2015.

Depuis plus de vingt ans, les baisses de «charges» (et du Smic) sont présentées comme le remède miracle au chômage et sont mises en oeuvre sans résultat significatif. Les «chiffres» qui légitiment une telle orientation sont obtenus à partir d’études mobilisant les techniques économétriques les plus sophistiquées, permettant de les extraire de la «gangue» des données statistiques : «Ça marche, ça crée des emplois […]. On a trouvé ça dans les résultats de l’Insee», déclarait Jean-Pierre Raffarin en 2002. Mais ces études sont fragiles et constituent un véritable bric-à-brac méthodologique qu’aucune enquête de terrain n’est venue illustrer. Elles sont pourtant à l’origine d’une chaîne de production qui va des modèles théoriques aux recommandations, en passant par les stratégies d’estimation économétrique. Dans ce petit livre, Michel Husson se propose d’expertiser ces travaux et de montrer que leur processus de production n’est pas neutre, mais qu’il est marqué par les présupposés théoriques des économistes et par leur insertion dans le champ institutionnel. Il faut donc en passer par cette discussion technique pour « déblayer le terrain » et réfléchir sur les voies de sortie du chômage de masse.

Retrouvez cet ouvrage sur le site de l'éditeur ici.

Le site perso de Michel Husson.

 

Qui sommes-nous ?

Nous sommes économistes et nous sommes atterrés.

Dernier communiqué

En cette période d'élections, les Economistes atterrés sont régulièrement interpellés lors...... Lire la suite

Adhérez en ligne à l'association Les Économistes Atterrés

Lettre d'information

Recevez toutes nos actualités et annonces par courriel en renseignant votre adresse e-mail ci-dessous.